Particuliers | Professionnels

Micro-entrepreneur : tout savoir pour bien protéger son activité

Mise en ligne le 13/01/2020 à 13:50
Micro-entrepreneur : tout savoir pour bien protéger son activité

Être micro-entrepreneur demande de posséder de multiples compétences et connaissances pour bien gérer son entreprise. Pour autant, il est courant que les micro-entrepreneurs ignorent les spécificités des assurances nécessaires à leur activité.

Tout d’abord, sachez qu’une assurance multirisque professionnelle n’est pas obligatoire, exceptée pour certaines professions comme le bâtiment, la médecine ou encore le juridique. Toutefois, non-obligatoire ne signifie pas inutile, loin de là. 

Premièrement, une responsabilité civile professionnelle protège votre entreprise et vous-même contre les risques qui surviennent dans le cadre de votre activité. Il peut ainsi s’agir d’inexécution, d’une malfaçon, d’un litige avec un fournisseur ou client… Plus globalement, la RC pro couvre l’entreprise contre les dommages corporels, incorporels matériels et immatériels causés à un tiers (personne morale ou physique). Quoi qu’il en soit, vous êtes tenu responsable de vos actes et parfois, les conséquences d’une simple erreur peuvent être très lourdes financièrement. Votre société peut  être mise en péril, l’assurance est alors nécessaire.

Comment choisir la bonne assurance ?

Tout d’abord, renseignez-vous sur la législation qui encadre votre activité. Vous serez parfois obligé de souscrire une assurance sans laquelle vous serez dans l’illégalité.  Prenons l’exemple des professionnels du bâtiment. La souscription d’une assurance décennale est obligatoire car elle vous protège en cas de malfaçon qui impacte la solidité de la construction pendant 10 après l’achèvement des travaux. 
Ensuite, une couverture efficace nécessite en amont, une identification et une évaluation des différents risques liés à votre activité. Vous serez alors en capacité de souscrire les garanties qui sont adaptées à votre activité.

Enfin, un élément parfois ignoré des micro-entrepreneurs mais pourtant essentiel : l’activité qui est indiquée à l’assurance doit correspondre parfaitement aux prestations effectuées réellement par l’entreprise. Les garanties d’assurance seront alors appliquées comme il se doit.  Pour s’en assurer, vous pouvez regarder le code NAF que vous recevez lors de votre déclaration d’activité, et qui est présent sur votre attestation de création d’entreprise.